Vidéo Camille 4 : les données personnelles



  • Bonjour,

    Je proposerais bien de faire une vidéo avec Camille sur la question des données personnelles. Je proposerais bien les éléments suivants :

    • Une donnée personnelle, c’est quoi ?
    • Quelle réalité ça recouvre (le grand public pense souvent au nom, numéro de sécu, etc. mais pas forcément à ce qui est lié à nos outils numériques, comme l’identifiant de notre téléphone etc.)
    • Que plus on multiplie les données personnelles, plus on a un profil précis de nous-mêmes.

    Qu’en pensez-vous ? On en discute à la réunion du 11 septembre ?


  • administrators

    @metal_pou Est-e que tu veux aussi parler des méta-données ou garder cela pour Camille 5 " Des fois ça se complique" ?



  • Bonjour à toutes et à tous.
    Je me suis enfin penchée sur le scénario de Camille 4, largement inspiré par l’article de Marc Rees sur le RGPD comme conseillé par @U-039b.

    Voici donc une première proposition. En gras, vous avez le scénario et en maigre mes remarques (oui je kiffe la paratextualité).

    Camille et ses données personnelles.

    Camille a appris plein de choses sur les pisteurs présents dans les applications de son téléphone, quelles données ils collectent et comment ils se retrouvent dans les applications [renvoi vers autres vidéos]. Quand elle pense à ce qu’on appelle les données personnelles, elle pense tout de suite à son nom, son mail ou sa date de naissance… Mais elle se demande ce que cette notion recouvre réellement et si, par exemple, son pseudonyme est considéré comme tel.

    Pour y répondre, on peut se référer au Règlement de Protection des Données Personnelles, un texte européen entré en application le 28 mai 2018 qui pose la protection des données personnelles comme un droit fondamental et en explique son application.

    Ce règlement définit les données à caractère personnel comme “toute information se rapportant à une personne physique identifiée ou identifiable”. Toute les données liées directement à Camille en tant qu’individu sont donc des données personnelles. Cela recouvre par exemple sa géolocalisation, des achats rencensés par une carte de fidélité, sa maladie, son statut marital ou encore l’identifiant unique de son téléphone. Le RGPD précise aussi que les données liées à un pseudonyme peuvent être considérées comme des données personnelles à partir du moment où on peut les relier à une personne physique grâce à des informations supplémentaires . Là j’ai été un peu embêtée sur cette dernière partie car je ne suis pas sûre d’avoir compris ce que veut dire la chose suivante : les données qui ont fait l’objet d’une pseudonymisation « et qui pourraient être attribuées à une personne physique par le recours à des informations supplémentaires devraient être considérées comme des informations concernant une personne physique identifiable ».

    Cela représente une multitude de types de données, toutes reliées à Camille, dont certaines très sensibles, comme l’orientation sexuelle, politique, religieuse ou des données de santé.

    Le RGPD pose d’ailleurs une interdiction de principe des traitements relatifs à ces données dites “sensibles”. Et pour les autres, la collecte des données ne peut se faire n’importe comment. Elle doit notamment être légitime, transparente, sécurisée, sur une durée limitée et nécessite un accord de la personne dont les données sont traitées. Là encore, le consentement doit répondre à plusieurs caractéristiques et doit notamment être fait en connaissance de cause et de façon explicite. Je sens que les dessins ne vont pas être simples à faire…

    Depuis que Camille a compris tout cela, elle fait plus attention : elle ne donne plus ses informations personnelles aussi facilement et demande toujours pourquoi on lui demande telle ou telle information. Et elle utilise plus que jamais la plate-forme exodus qui permet de connaître le nombre de pisteurs des applications Android. Elle choisit ainsi les applications les plus propres possibles et limite la collecte de ses données personnelles. Je me demandais si on parlait de Blockada ? Et de nos résultats post-pré RGPD ?

    Merci 🙂


  • administrators

    En fait ta dernière phrase sur les applications plus propres peut, en quelque sorte, introduire Camille5 avec le scénario que je proposais sur IRC (si cela ne nous fait pas trop sortir de la strict impartialité).

    • Le fait que la plateforme existe fait de nous, de facto, des gens qui prennent position. C’est en tout cas l’argument que mes sortent les personnes qui voudraient bien nous voir plus virulents. 🙂
    • Est-ce dire pour « pour remplacer waze utilisez OSM, pour remplacer Google Play store utilisez F -Droid » nous fait sortir de cette neutralité ? C’est sans doute un choix de termes (« il y a » plutôt « utilisez »).

    Mais je m’égare (Saint-Lazare).



  • Bonjour,
    Suite à des retours par @U-039b il apparaît que je dis beaucoup de choses fausses par une mauvaise maîtrise du sujet et par des raccourcis trop rapides. Le sujet est sans doute trop complexe pour être expliqué en 2 minutes. Donc pour l’instant, je mets de côté, je réfléchis et je suis à l’écoute de vos propositions 🙂
    Quant à ta proposition, @Lovis_IX, je pense que cela mériterait d’être discuté de vive voix lors de la prochaine réunion.
    Merci et bonne journée !